Troubles de l’éjaculation : Docteur Nanko Tonda Josué, Médecin au service de médecine interne et de maladies métaboliques à Allô Docteur-Abidjan : « La prise en charge des troubles de l’éjaculation est spécifique au type de trouble présenté par le patient »

Crédit Photo ; Hashtag Studio

Médecin au service de médecine interne et de maladies métaboliques à Allô Docteur-Abidjan, une association de médecins basée à Abidjan, Douala et Yaoundé, Docteur Nanko Tonda Josué nous fait part, dans cette interview, d’un certain nombre de précisions sur les spécificités liées aux troubles de l’éjaculation. L’objectif étant d’amener les concernés et leurs partenaires à se référer à des expert(e)s de la santé dès la moindre apparition des symptômes relatifs à ces troubles.

Docteur, que faut-il entendre par ‘’troubles de l’éjaculation’’ ?

Avant toute chose, l’éjaculation est, de manière simple, l’expulsion du sperme à travers l’urètre à la suite d’une contraction des muscles du périnée. Ce qui survient habituellement et concomitamment avec l’orgasme. Les troubles de l’éjaculation désignent les différentes formes d’anomalies pouvant affecter la qualité normale d’une éjaculation.

Quels sont les différents troubles de l’éjaculation que l’on peut donc rencontrer en ce qui concerne la sexualité d’un homme ?

Il existe plusieurs troubles de l’éjaculation, parmi lesquels nous pouvons citer des troubles liés au délai de survenue de l’éjaculation tels que l’éjaculation prématurée (communément appelée éjaculation précoce) et l’éjaculation retardée, des troubles liés à l’expulsion du sperme tels que l’éjaculation rétrograde (persistance de l’orgasme associée à une absence d’expulsion du sperme ou une faible expulsion de sperme liée à un reflux de sperme vers la vessie), une aspermie ou une hypospermie (absence d’expulsion ou expulsion d’un volume de sperme très réduit). On peut évoquer, parallèlement, l’existence des troubles de l’orgasme comme l’anorgasmie (absence d’orgasme) par exemple.

Quels sont les symptômes pouvant être liés à ces différents troubles ?

Les symptômes dépendent du type de trouble présenté. Comme précédemment décrit, il peut s’agir d’une éjaculation survenant trop rapidement ou de manière très retardée, de la sensation d’avoir éjaculé sans pour autant observer une émission de sperme ou en observant une très faible émission de sperme.

Quel(le)s sont les causes et/ou les facteurs de risque pouvant justifier l’apparition de tels symptômes en ce qui concerne chaque trouble ?

Il existe plusieurs causes et facteurs de risque associés aux troubles de l’éjaculation. Ces causes peuvent, dans certains cas, être spécifiques à des troubles précis. Nous pouvons citer, entre autres, des causes médicamenteuses et toxiques (certains médicaments et l’alcool peuvent entraîner ou aggraver des troubles de l’éjaculation), des causes infectieuses (infections urogénitales), les causes neurologiques (des lésions nerveuses, certaines maladies affectant le fonctionnement des nerfs comme le diabète), les causes congénitales (des anomalies congénitales des organes génitaux), des causes chirurgicales (des troubles de l’éjaculation peuvent apparaître après certaines interventions chirurgicales) et des causes psychologiques.

Pour en revenir aux symptômes, que doit-il faire lorsqu’il y est confronté surtout s’il en remarque la récurrence ?

En cas d’apparition de troubles de l’éjaculation, il est recommandé de consulter un praticien spécialisé qui, au travers de plusieurs outils diagnostiques et thérapeutiques, saura instituer une prise en charge adaptée.

A votre niveau, quelle démarche vous permet de confirmer, de manière officielle, un trouble de l’éjaculation chez un homme ?

Il est question tout d’abord d’interroger le patient sur les symptômes qu’il présente, ses antécédents médicaux, chirurgicaux, toxicologiques ainsi que d’autres éléments pouvant nous orienter vers le bon diagnostic. Par la suite, le patient sera examiné méticuleusement, examen au cours duquel des signes physiques seront recherchés et enfin, des examens complémentaires peuvent être demandés pour davantage affûter le diagnostic.

Après toutes ces étapes, qu’en est-il de la prise en charge, du traitement et du suivi en ce qui concerne chaque trouble ?

La prise en charge des troubles de l’éjaculation est spécifique au type de trouble présenté par le patient. Des fois, on peut avoir recours à de la psychothérapie, des procédés médicamenteux, des procédés chirurgicaux, un traitement conservateur, etc. Il est parfois important de suivre le patient avec sa partenaire pour une prise en charge optimale.

Lorsqu’un homme n’y est pas encore confronté, que doit-il faire pour l’éviter ?

Pour éviter les troubles de l’éjaculation, il convient de lutter contre les différentes causes ; lutter contre les infections urogénitales, faire attention à la consommation de médicaments, faire attention à l’utilisation de substances dites « aphrodisiaques » pour booster les performances sexuelles, prévenir les maladies qui peuvent se compliquer en troubles de l’éjaculation telles que le diabète. Surtout en cas de signes, consulter un médecin.

Interview réalisée par Cédric KOIVOGUI avec Olivia DECAMILLE

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *